STRATEGIE DE CONTINUITE

 

 

    Nous passons d'une civilisation de la peine à une civilisation de la panne (Yves Lasfargues)

Napoléon III et le Préfet de Paris Haussmann s'accordent sur la stratégie de réurbanisation de la Ville de Paris

 

 

  

 

  

    Le domaine de la sûreté de fonctionnement n'est pas du ressort du Plan de Continuté

       

     

    La Haute Disponibilité c'est la qualité d'une infrastructure à accepter, sans dommage, la panne d'un SEUL composant.

      

     

    Gérer un Plan de Continuité c'est d'abord séparer les sinistres des incidents "quotidiens". On ne prendra en compte que les événement qui ont une probabilité inférieure à 1/1000 par jour...

 

 

    Les gestionnaires d'infrastructures et de systèmes sont obnubilés par la panne. Leur métier consiste à faire fonctionner simultanément de façon harmonieuse et prévisible des milliers ou des dizaines de milliers de matériels et de logiciels. Les causes de panne - amenant frustation et insatisfaction - sont donc multiples. Nous nous attachons à traiter la question des Plans de Continuité et d'une manière générale à diminuer l'impact des sinistres.

    Les directeurs de Centre de Production, les managers de Centre de Traitement Informatique sont confrontés quotidiennement à des pannes (programme défaillant, erreur humaine, base de données saturée, planning non respecté,...). Ces pannes surviennent à des fréquences quotidiennes et sont l'objet même de la gestion des systèmes d'informations. L'amélioration et la suppression asymptotique (on n'y arrive vraiment jamais) des causes d'interruption ne relèvent pas d'un plan de continuité. Pour obtenir un résultat satisfaisant la technologie ne peut pas grand chose. Ce qu'il faut c'est maîtriser les processus de production. La Sûreté de fonctionnement relève essentiellement d'une démarche qualité

    Une classe très particulière des causes de pannes se situe dans les matériels. Un processeur peut tomber en panne, une baie de disque peut s'arrêter sans crier gare, une ligne d'alimentation ondulée peut disjoncter, une armoire de climatisation peut s'arrêter...  Ces événements sont peu fréquents (nous les avons placés à une fréquence de l'ordre de l'année pour fixer les échelles). Ces pannes sont, le plus souvent, bien approchées par les gestionnaires qui y sont confrontés depuis qu'ils ont à gérer des infrastructures complexes. Pour pallier ces pannes, nous entrons dans le domaine de la redondance. La façon classique dede procéder est de doubler tous les équipement sensibles. La Haute Disponibilité relève essentiellement d'une approche architecturale

    La situation est toute différente quand un événement (un sinistre) touche tout un ensemble de matériels par exemple quand une salle machine brûle ou est inaccessible. En effet les mesures à prendre pour restaurer les fonctions essentielles et critiques nécessitent la mobilisation de moyens exceptionnels et l'organisation (donc le rôle des personnes elles-mêmes) est très affectée par l'événement.

    Nous sommes dans le domaine des événements assurables - donc rares - et pour lesquels il est intéressant (mais pas toujours possible) d'avoir des statistiques de survenance. Les Plans de Continuité relèvent essentiellement d'une approche organisationnelle

    Il y a des types d'événements qui défient toute solution (un astéroïde par exemple ou des mouvements sociaux de très grande ampleur). Il est donc indispensable, dans toute approche, de décrire aussi précisément que possible les sinistres qui ne seront pas traités. Ce n'est pas simplement une attitude perfectionniste poussée jusqu'à la névrose comme le démontre le récit - réel - des conséquences d'une telle impréparation.